L

Expressions françaises commençant par la lettre L

Signification : La fin d’une épreuve, d’une période difficile.

Origine : Expression française qui puiserait ses origines dans le développement du réseau ferroviaire du XIXème siècle qui a rendu nécessaire le creusement de tunnels pour le passage des trains. Malheureusement, à l’époque ce travail fut effectué grâce à des instruments primitifs rendant le labeur long et pénible. Ces passages ne profitant pas des bienfaits de l’électricité, furent condamnés à l’obscurité. Aussi le bout du tunnel aurait permis à ces ouvriers de voir la clarté du jour, et la fin de leur tâche considérée parmi les plus dures. Au sens figuré, cette expression  va exprimer l’idée de sortie du noir à savoir une situation difficile, à la fin d’un travail pénible accentuant cette notion d’extrême souffrance pour voir la lumière et la fin de leur calvaire.

Selon les interprétations, il s’avère que sortir du tunnel aurait vu le jour à la fin du XIXème siècle alors que le bout du tunnel daterait plutôt du début du XXème.

Exemple d’utilisation : Ce n’était qu’une mauvaise passe que nous traversions, j’en étais pratiquement convaincu et jour après jour je m’attendais à ce que nous vissions enfin la sortie du tunnel. (Ph. Djian : Echine)

Signification : Les choses sont arrivées à leur limite extrême.

Origine : Expression française dont les origines remontent au XVIIème siècle mais qui existait bien avant à savoir au XVIème siècle sous la forme de combler la mesure et dépasser la limite du supportable. La métaphore utilisée serait celle du remplissage qui définit un seuil de saturation à partir duquel les choses  ressenties deviennent intolérables.

Exemple d’utilisation : Ce n’était pas mon premier doute relatif à la vertu d’Albertine que les paroles de M. de Charlus venaient d’éveiller en moi. Beaucoup d’autres y avaient déjà pénétré, à chaque nouveau, on croit que la mesure est comble. (M. Proust : A la recherche du temps perdu).

Expressions française synonymes : La coupe et pleine,  la goutte d’eau qui fait déborder le vase, la cerise sur le gâteau, la fin des haricots

 

Signification : La nourriture et le gîte

Origine : Expression française du XVIIème siècle qui viendrait d’une fable de la Fontaine où vivre serait prise dans un ancien sens et serait synonyme de subsistance et le couvert signifiant toit ou abri selon le dictionnaire de l’époque. Le pléonasme qui semble être perçu dans cette expression française  viendrait du fait  que le couvert de notre époque serait un ustensile de table. Il s’en est suivi la création d’une expression synonyme à savoir le gîte et le couvert utilisée en langage parlé pour laisser la première version à l’usage  des écrits dans un style soutenu.

Pourtant l’expression synonyme avoir le gîte et le couvert a connu aussi quelques difficultés d’interprétation : En effet, et selon le dictionnaire de l’époque le gîte viendrait du verbe gésir et signifie être couché, et serait donc l’endroit où l’on passe la nuit. Le couvert serait quant à lui le toit de la maison ce qui ferait que même sous cette forme notre expression contiendrait les mêmes pléonasmes.

Expression française synonyme : Le gîte et le couvert

Signification : Il est gagné par l’impatience et la colère

Origine : Expression française du XVIIème siècle qui puiserait ses origines d’une expression plus ancienne à savoir la moutarde lui entre au nez mais la question que se poserait serait de connaître les liens qui unissent le fait de manger de la moutarde et être au bord de la colère. Selon certaines interprétations qui se baseraient sur des principes médicaux car les muqueuses nasales seront irritées par la moutarde dont les propriétés révulsives sont connues et dans un sens courant de colère et d’exaspération. De ce fait, cette métaphore va rejoindre le rang des expressions utilisant l’irruption des humeurs par des manifestations des troubles psychologiques par rapport au comportement habituel. L’organe nasal ou le nez serait pris dans ce cas pour souligner le caractère insupportable d’une situation déclenchant une manifestation de colère.

Exemple d’utilisation : Oh la la ! je sens que je vais me mettre en clère ! tu as vraiment exagéré et la moutarde me monte au nez !

Expression française synonyme : Le sang lui monte à la tête

Signification : Ce qui est à la fois désirable et interdit

Origine : Afin de mieux comprendre les origines de cette expression française, il faudrait commencer par définir les fruits défendus selon le récit de la bible. Dans la genèse, le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal planté au milieu du paradis terrestre. Le second fruit défendu serait celui de la vie, transcrite par les catholiques en vie éternelle. Si dieu en avait interdit la consommation du premier fruit mais c’est le serpent qui tenta Eve qui en mangea d’abord et en fit manger à Adam. Il s’en suivit que Dieu décida l’expulsion d’Adam et Eve de l’Eden, les priva des fruits de l’arbre de vie et les rendit mortels.

Selon d’autres interprétations, la pomme serait associée au péché originel car l’arbre désignerait tout ce qui est mauvais et donc interdit et la pomme serait donc à la fois le symbole de l’acte sexuel que celui de la connaissance interdite. Le fruit défendu se serait donc présenté à travers les siècles comme symbolisant le péché de chair.

L’emploi métaphorique de cette expression française va remonter au XIXème siècle avec l’idée chrétienne qui verrait dans tout objet de désir l’occasion du pêché serait dominante. Les connotations sexuelles y seront nettement associées et le rapport entre désir et interdiction seront sentis comme fonctionnant ensemble. Aussi l’idée primordiale de cette expression serait que l’objet serait moins interdit parce que désirable que rendu désirable par la seule interdiction qui le frappe.

Exemple d’utilisation : Le fruit défendu ! reprit diane en souriant. Oh comme je voudrai être le gouvernement ! car je n’en ai plus moi, de ce fruit, j’ai tout mangé. (Balzac : Splendeurs et misères des courtisanes)

Signification : Les hémorroïdes

Origine : Afin de mieux comprendre les origines de cette expression française, il faudrait avoir recours à l’histoire pour dire d’abord qui était saint Fiacre.  Fiacre fut un moine irlandais qui vivait en France des produits de son jardin à la fin du VIème ou au début du VIIème siècle de notre ère. Il fut le saint patron des jardiniers et avait la réputation de guérisseur de maladies de la famille des hémorroïdes. De ce fait et selon quelques interprétations le mal saint fiacre se définirait comme étant les hémorroïdes par référence à ce saint en question. En tous les cas et en vertu de la tradition de l’époque le nom des saints guérisseurs est toujours en rapport avec les maladies qu’ils prétendaient guérir. Pour d’autres auteurs, il s’agirait plutôt d’une paronymie entre le saint appelé fiacre et le ficus ou figue qui désigne à l’époque l’anus et toutes les maladies qui s’y rattachent.

Signification : Ce qu’il y a de meilleur, de plus distingué

Origine : Expression française qui a connu sa notoriété au XVIIème siècle grâce à Saint Simon où la fleur prendrait le sens d’élite ou meilleure partie. Il serait de plus utile de rappeler que cette expression doit rester abstraite et être formulée au singulier. Son utilisation à la forme négative n’a  de base que la plaisanterie.

Exemple d’utilisation : Je ne voudrais pas affirmer que les princesses qui font bouffer leurs jupes dans ces équipages sont des dames du meilleur monde, et que les cavaliers qui caracolent autour d’elles sont la fleur des pois de la gentilhommerie française.(A. Delvau)

 

Signification : C’est décidé, résolu et il ne reste plus rien à faire

Origine : Expression française récente qui remonte au début du XXème siècle et tirerait ses origines du milieu des jeux de hasard où les jeux sont faits à savoir que rien ne va plus serait une phrase type de croupier de roulette qui sert à annoncer la fin des mises. De ce fait et en ce domaine précis, faire le jeu serait équivalent à faire des mises. Au sens plus figuré, cette expression va mettre en présence l’image du hasard du jeu comme instrument du destin et instance suprême de décision

Expression française synonyme : Les dés en sont jetés, alea jacta est

Signification : Epoque de la vie où un être humain a le plus de vigueur, âge où l’on possède toutes les facultés.

Origine : Expression française qui va tenter de refléter une vision symétrique de l’évolution humaine, la force au milieu de la vie étant encadrée des faiblesses de l’enfance et de la vieillesse. La force de l’âge a connu sa notoriété grâce à Simone de Beauvoir qui en a fait un titre de ses mémoires.

Exemple d’utilisation : Vêtu d’un complet  de couleur foncée et de coupe très correcte, un homme dans la force de l’âge, annoncé comme illusionniste et porteur, il me semble, d’un nom hollandais, entrait en scène d’un pas pressé. (M. Leiris)

Signification : Mauvais latin parlé par les gens sans culture.

Origine : Expression française qui décrit un mauvais latin par opposition au bon latin parlé par les clercs. Le latin de cuisine date du  début du XVIIème siècle et viendrait des jésuites qui apprenaient aux élèves la façon de faire de faire demander aux valets les objets de première nécessité. En effet et selon quelques interprétations, le latin de cuisine serait en effet une sorte de jargon parlé par les cuistres à savoir les valets d’ecclésiastiques et les surveillants

Expressions françaises synonymes : Latin de bréviaire, parler comme une vache espagnole

Annuaire des expressions françaises existantes ou à créer. Une simple inscription gratuite vous permet de poster votre expression française expressions francaises joomla formation joomla annuaire de referencement gratuit communique de presse annuaires de sites bts tourisme