I

Expressions françaises commençant par la lettre I

Signification : Individu très obscur

Origine : Expression française qui se baserait sur un phénomène de rhétorique classique pour rapprocher deux termes opposés, s’excluant l’un l’autre. Ce procédé aurait pour principale fonction l’ironie dans la mise en valeur d’un élément au détriment de l’autre à savoir que l’illustre exprime la notoriété de celui dont on parle souvent alors que l’inconnu aurait ce caractère obscur de ce qui manque de compréhension.

Exemple d’utilisation : L’espoir, lui dis-je, l’espoir…..Il est vrai nous soulage…. Mais voilà encore un illustre inconnu. Voilà qu’il est encore moins connu que l’idée fixe. (P. Valéry : L’idée fixe)

Signification : C’est un malentendu

Origine : Expression française familière du XXème siècle qui se baserait sur la compression de deux termes à savoir mal et donne signifiant mal donner au sens propre. La maldonne fait référence aux jeux de cartes où elle prend le sens de mauvaise distribution de celles-ci. Métaphoriquement, « il y a maldonne » va servir à montrer qu’il y a une erreur au départ qui compromet la bonne communication entre les personnes.

Exemple d’utilisation : Là-dessous je débarque illico à Vichy, tout bouillant pétant le feu. Pardon, il y avait maldonne. (A. Sergent)

Signification : L’atmosphère est à la dispute

Origine : Expression française dont les origines remontent au XVIIIème siècle qui se baserait sur la métaphore servant à comparer une ambiance tendue préludant à un éclat à l’air chargé d’électricité avant coureur de l’orage à une détérioration des rapports humains, une sorte de tension qui monte entre des individus qui peut provoquer des éclats semblables à ceux de l’orage.

Exemple d’utilisation : Il y avait, comme on dit, de l’orage dans l’air. De grosses nuées immobiles semblaient embusquées au fond de l’horizon, muettes et lourdes mais chargées de tempête. (Maupassant : Yvette)

Expression française synonyme : Il y a de l’eau dans le gaz

Signification : Les meilleures choses ont une fin

Origine : Locution proverbiale devenue expression française qui puiserait ses origines dans les habitudes des classes moyennes de la société. En effet, lors d’une cérémonie basée sur des festivités et de la nourriture à profusion comme les banquets ou les repas de noces, les gens du peuple qui y participent et prennent du bon temps font leur lendemains à savoir qu’ils mangeaient les restes de la nourriture et buvaient ce qui restait des bouteilles.

Signification : Susciter la colère des gens naturellement agressifs

Origine : Expression française traduite directement du latin « irritare carbones »,attestée depuis Rabelais à savoir au début du XVIème siècle et encore valable encore au XIXème siècle en se basant sur l’idée de l’irritabilité comme une menace de piqûre.

Exemple d’utilisation : Comme en proverbe l’on dict irriter les freslons, mouvoir la camerine, esveiller le chat qui dort. (Rabelais)

Expression française synonyme : Jeter de l’huile sur le feu, mettre le feu aux poudres

Signification : Il y a bien longtemps

Origine : Afin de mieux comprendre les origines de cette expression française, il faudrait commencer par définir ce qu’est une lurette. En effet, personne ne pourra donner d’explication car il s’agirait d’un terme fictif qui n’existerait que dans cette expression.. Toutefois,  il y a belle lurette existe bien depuis la fin du XIXème siècle et viendrait d’une expression dialectale originaire de Bourgogne à savoir « il y a belle heurette » signifiant « il y a une belle petite heure » où l’idée du diminutif correspondrait à l’idée d’un temps important.

Expressions françaises synonymes : ça fait un bail, la nuit des temps

Signification : Il fait un temps superbe

Origine : Expression française qui viendrait du milieu de la marine et s'emploie généralement par les matelots pour dire que la mer est calme. Elle a été utilisée pour la première fois par la servante du curé d'Ouessant qui disait que le temps était à curer qui signifie que le temps était assez beau pour curer le port.
Selon d'autres interprétations, il fait un temps de curé se transcrirait avec "curée" et viendrait du vocabulaire des aviateurs de la première guerre mondiale qui étaient officiers et pour la plupart nobles  qui lors des frappes aériennes pouvaient sonner la curée à l'ennemi. Ce n'est que plus tard que l'expression est passée dans le domaine de la marine.

Signification : Être prêt

Origine : Expression française de la fin du XIXème siècle qui fait allusion à une sentence prononcée par le maréchal Le Boeuf  ministre de la guerre sous Napoléon III qui présenta le texte de la déclaration de guerre et répondit qu'il ne manquera pas un bouton de guêtre pour préciser à l'opposition que l'armée était prête à attaquer et ceci quelque soit la durée que prendra la bataille. Mais, il resterait à définir ce qu'est un bouton de guêtre : c'est tout simplement un accessoire constitué de pièces de cuir et de toile couvront le dessus du pied et du mollet rattaché aux souliers par de minuscules boutons.Cette expression française est restée en usage ironique après la guerre. Au sens figuré, elle signifie que tout est prêt.

Exemple d'utilisation : Nous sommes  prêts et archi-prêts retorque le maréchal Le Boeuf ministre de la guerre. La guerre dût-elle durer deux ans, il ne manquerait pas un bouton de guêtre à nos soldats.

Signification : Il ne faut pas jurer que l'on aura pas  recours à un moyen, que l'on ne fera pas telle chose car les circonstances peuvent y contraindre.

Origine : Locution proverbiale devenue expression française dont les origines remontent aux moyen-âge et restent assez douteuses. C'est une histoire de l'époque où il était question d'un ivrogne qui aurait juré de ne plus jamais boire la moindre goutte d'eau. Un soir où il manqua à sa parole pour se saouler, en rentrant, il tomba dans le bassin du village et s'y noya. Les gens plus crédules à l'époque pensèrent qu'il n'aurait jamais dû jurer qu'il ne boirait plus et sa chute mortelle dans le bassin correspondrait à une punition divine.

Signification : Il y a toujours avantage à s'adresser au responsable, au chef plutôt qu'aux subordonnés.

Origine : Expression française utilisée comme locution proverbiale de la fin du XVIIème siècle qui fut traduite en permier lieu par Voltaire par l'histoire du roi d'Espagne qui voulut tenir la promesse de donner l'aumône à ceux qui étaient ruinés par la guerre, les convoqua. Empêchés par les gardes, un d'entre eux supplia le roi d'offrir des coups de trique qu'il partagerait avec les gardes de ce Roi pour les avoir autorisés à rentrer. Cardero qui fit cette demande fut récompensé par le roi et commenta la morale de son histoire par le fait qu'il valait mieux s'adresser à Dieu qu'à ses saints. Plusieurs autres contes et histoires différentes suivirent pour donner la même interprétation à cette expression française comme celle de Rabelais dans l'histoire de l'êvèque d'Auxerre.

Annuaire des expressions françaises existantes ou à créer. Une simple inscription gratuite vous permet de poster votre expression française expressions francaises joomla formation joomla annuaire de referencement gratuit communique de presse annuaires de sites bts tourisme