Expressions Françaises

Signification

Jeu où l’un des joueurs prénommé colin-maillard a les yeux bandés et chercherait à tâtons pour saisir une personne qu’il se doit de nommer. Par la suite, s’il devine juste, c’est celui qui est attrapé qui prendra la place du colin-maillard et le jeu reprend

jouer à colin maillard1Origine de l’expression « jouer à colin-maillard »

Expression française dont les origines sont très anciennes puisque Jean Colin-Maillard est un guerrier belge qui aurait vécu au moyen-âge. Pendant un combat contre les soldats du comte de Louvain Lambert 1er qui se déroula de l’année 950 à 1015, le combattant colin-maillard dont le nom avait rapport au fait qu’il portait son maillet en guise d’arme, eut les yeux crevés par les ennemis. Pourtant, et même aveugle, il n’arrêta pas de se battre en frappant autour de lui comme un fou.

Le jeu fut devenu célèbre en France et notamment dans les Ardennes où l’histoire de Colin-maillard connut une plus grande notoriété via une statue à son effigie exposée au musée d’un château de la région.

Exemple d’utilisation

Les jeux commençaient peu après la grand’messe, au cham de foire, entre les gamins du village : C’était la course en sac et la course aux œufs, le colin-maillard et le mât de cocagne. (Pierre-Henri Simon

Signification

Zozoter, zézayer légèrement

Avoir un cheveu sur la langueOrigine de l’expression « avoir un cheveu sur la langue »

Expression française dont les origines ne sont pas précises mais elle semblerait facile à expliquer. En effet, la comparaison viendrait tout simplement de la manière dont on prononce les mots quand on aurait quelque chose de gênant dans la bouche, même si c’était un cheveu.

A titre d’exemple, les termes prononcés vont subir des transformations à savoir que les « j » se prononceront en général « z » et les « CH » se transformeront en « S ». C’est pour cela que le fait d’avoir un cheveu sur la langue prendra le sens d’avoir un défaut dans la prononciation des mots.

Signification

Avoir des remords, beaucoup de regrets

Origine de l’expression « s’en mordre les doigts »

sen mordre les doigtsExpression française qui sert à indiquer les regrets d’une personne pour avoir fait un acte. Certains auteurs jugent ce diction relativement récent alors que d’auteurs pensent qu’il remonterait plutôt au XVIIème siècle.

En effet, le fait de « s’en mordre les doigts » a été retrouvé dans des écrits de Corneille datant du milieu du XVIIème siècle, période pendant la quelle le verbe mordre ou se mordre est largement utilisé dans les expressions

Cette expression a été traduite dans diverses formulations et il a été possible de la retrouver sous la forme de « s’en mordre les doigts jusqu’au coude » ou « se bouffer les doigts ». Toutefois, il faut remarquer que ce fameux diction a acquis une forte notoriété bien au-delà de nos frontières, puisqu’il se retrouve en Afrique du Nord, tel quel dans sa traduction la plus intégrale.

Expression française synonyme

Battre sa coulpe

Signification

Introduire une personne dans un lieu où il pourrait s’avérer dangereux

Origine de l’expression « mettre le loup dans la bergerie »

Expression française facile dans sa compréhension mais difficile dans la détermination de ses origines. En effet la date de son apparition n’est pas claire et diffère selon les interprètes. Pour certains auteurs, cette expression est biblique et date de plus de 2000 ans. Dans ce livre saint,  il y a toujours une référence au seigneur, pasteur d’un troupeau, dans les établissements juifs anciens éleveurs de bétail surtout ovin. Or la peur existait quant à savoir si le loup pouvait entrer et s’attaquer au cheptel. De ce fait le loup dans la bergerie fait référence à Satan ou au diable en fonction des écrits provenant du nouveau ou ancien testament.

Il existerait toutefois une interprétation plus laïque à propos de cette expression où il est dit qu’elle aurait existé depuis seulement le XVIIème siècle qui ferait référence à une sorte de trouble-fête, à savoir une personne créatrice de problèmes.

Exemple d’utilisation

Ah, il va falloir en coller des étiquettes sur Lou, père des enfants qu’on aura, héros des livres que j’écrirai, gendre qui vous vénérera. Je n’ai pas encore eu l’occasion d’introduire mon loup dans la bergerie, Mother ne l’a vu qu’une fois, de très loin, il y a très longtemps dans la pénombre des assises. (A. Sarrazin)

Signification

Passer d’un sujet à un autre sans lien évident

Origine de l’expression « sauter du coq à l’âne »

sauter du coq à laneAfin de mieux comprendre les origines de cette expression française qui remonte au XIVème siècle, il faudrait commencer par définir les termes qui la composent selon le dictionnaire de l’époque.

L’expression en question existait depuis le XIVème siècle sous la forme « saillir du coq à l’asne ». Or au XIIIème siècle, le mot « asne » signifiait « cane », à savoir la femelle du canard et « saillir » serait synonyme de « s’accoupler ». Or, il existerait une histoire en rapport avec la reproduction d’un coq avec une cane.

L’opposition des deux animaux n’existerait que dans l’esprit des gens et n’aurait pas vraiment d’explication cohérente. Le fameux roi de la basse cour qu’est le coq sautait ou saillait en ancien français toutes les poules se trouvant à sa portée et il lui arrivait de se tromper de femelles et de choisir une cane pour favorite. Ce serait donc cette incohérence qui passa dans le genre humain pour désigner celui qui parlerait sans avoir de suite dans les idées.

En reprenant l’ancienne expression « saillir du coq à l’asne », il semblerait que ce soit elle qui serait devenue « passer du coq à l’ane » par simple déformation sans pour autant ajouter l’accent circonflexe sur l’âne en question. Par la suite le fameux baudet se prononçant de la même façon est celui qui soit resté dans la mémoire des gens.

Exemple d’utilisation

Il n’entendait pas encore bien le français, aussi n’en faisons pas un langage corrompu de manière que notre entretien fut un perpétuel passage du coq à l’âne. (D’après Ch Sorel)

 

Signification

Avoir trop mangé ou trop bu

Origine de l’expression « gonflé comme une outre »

gonflé comme une outreAfin de mieux comprendre les origines de cette expression française, nous allons commencer par définir les termes qui la composent. Le terme outre viendrait du vocabulaire latin « uter » et se définit comme étant un sac en peau de bouc, de cochon, de bœuf ou de veau selon les régions.

Cette peau serait cousue en forme de sac par le bout et toutes ses coutures étaient bouchées avec de la poix pour qu’il soit possible de le gonfler d’air et d’y enfermer des liquides.

Cette outre dit-on a été utilisée par le Dieu Eole qui y a enfermé tous les vents contraires pour l’offrir à Ulysse.

Expression française synonyme

Plein comme un œuf

Rechercher une Expression

Piège tes amis

Amis - Ennemies?

Piège les !!!!

https://www.bien-fait-pour-ta-gueule.com/

Couteaux

Tout le pays de Fayence

Pays de Fayence

 

 

 

 

Expressions Françaises est aussi sur Twitter

11

Annuaire des expressions françaises existantes ou à créer. Une simple inscription gratuite vous permet de poster votre expression française expressions francaises joomla formation joomla annuaire de referencement gratuit communique de presse annuaires de sites bts tourisme